Quinze ans de production PV
Retour au menu : Le solaire photovoltaïque

2004-2009 : cinq ans de production photovoltaïque.

La production mois par mois


Le tableau et les courbes ci-contre montrent notre production mois par mois. La couleur des courbes correspond aux millésimes dans les en-têtes de colonnes.
Comme les relevés sont effectués à la fin de chaque semaine et que certains mois comportent 5 semaines, il ne faut pas trop chercher à comparer d'une année sur l'autre.
Par contre on peut constater qu'il y des années bonnes et d'autres non... 2011 a été une année ensoleillée dans l'Est.

L'état des panneaux, 7 ans plus tard

Aucun signe de vieillissement ne peut être constaté. Les panneaux n'ont jamais été nettoyés, la neige et la pluie s'en chargent.
L'onduleur est toujours égal à lui-même, comme au premier jour.
Mes seules interventions se limitent à relever les compteurs chaque semaine.

L'état des panneaux, 15 ans plus tard

Toujours aucun signe de vieillissement sur les panneaux. Par contre la mauvaise qualité des connecteurs d'entrée de l'onduleur ont dû être changés en 2017. La raison est simple : ces connecteurs ont été choisis par le constructeur pour supporter les 400 volts continus en provenance des cellules mais ils ne supportent pas l'intensité du courant et chauffent, l'isolant se dégrade et s'effrite. Le câble d'arrivée se décroche tout seul et pendouille. Dangereux ? Oui, un peu mais comme le connecteur au bout du câble est de type "femelle", le risque de court-circuit et d'électrocution est très limité (à condition que son isolant ne tombe pas en poussière...). Bilan : perte de 33% de la production sur plusieurs mois jusqu'à ce que je m'en rende compte car l'onduleur est dans un coin ombragé. J'ai bien sûr remplacé tous les connecteurs par du matériel sérieux.


Baisse de puissance des panneaux avec le temps ?

C'est ce qu'on lit (mais on lit tellement d'âneries...). C'est possible, mais pas sur mon installation car, comme on peut le voir sur la courbe ci-contre, la production annuelle de 1500 kWh a une tendance très horizontale. La baisse très nette à cheval sur 2016-2017 est due à l'incident du connecteur pourri.

Baisse de puissance des panneaux avec la saleté ?

Je n'y croyais pas mais il ne suffit pas de ne pas croire pour avoir le droit de nier. Du moins quand on prétend se comporter comme quelqu'un de raisonable et de rationel.
D'où l'expérience suivante.
J'ai donc 3 strings théoriquement identiques orientés plein sud et inclinés à 50 degrés (voir cette page). Les panneaux n'ont jamais été nettoyés autrement que par la pluie ou la neige. Cet hiver 2019-2020, il n'y a eu quasiment pas de neige.
A l'oeil, on voit que du pollen s'est déposé sur les panneaux (c'est le printemps !) et qu'une énorme chiure d'oiseau s'étale sur le string de gauche.
Le but de l'expérience est de voir si le nettoyage du string de gauche va se traduire par une modification de la puissance fournie relativement par chacun des panneaux.
Mais avant le nettoyage, il faut mesurer la puissance de chacun des strings. Pour cela il faut faire les mesures par ciel bleu de façon à ce que l'ensoleillement soit stable pendant toute la mesure.
Comme l'affichage de la mesure de puissance instantanée varie en permanence (+ ou - 10 watts) j'ai effectué 7 mesures entre le 15 et le 25 mars 2020. Pas une goutte de pluie pendant toute la période.
La comparaison des trois strings se fait en calculant la moyenne des ratios Puissance du string/Puissance totale sur la période d'avant le nettoyage puis immédiattement après le nettoyage.
Résultats :
1) Avant : String 1 = 32%, String 2 = 32%, String 2 = 32%
La puissance fournie est bien la même avant nettoyage.
Note : Les coupeurs de strings en quatre vont me demander où sont passés les 4% de puissance qui manquent (ben oui, 32*3=96%). L'explication est simple : l'onduleur met plusieurs minutes pour afficher une puissance stabilisée, or si la puissance totale est bien stabilisée quand je la mesure, ce n'est pas le cas pour les mesures sur chacun des strings, car je n'attends par cinq minutes que la valeur de la puissance soit au maximum sinon la troisième mesure pourrait être différente de la première si la puissance solaire captée a varié. De toute façon, le but est de comparer les strings entre eux, pas de vérifier que 1+1+1=3
Les trois strings sont testés de la même façon, c'est le plus important.


2) Nettoyage avec une éponge et une raclette en caoutchouc au bout d'une perche avec de Mr Propre dilué dans de l'eau tiède
La chiure a bien disparu, en regardant de très près le pollen a été enlevé et des particules noires (sans doute des fragments de lichen qui se trouvaient sur le champ inférieur des panneaux) se sont déposés au fond de la cuvette.
Puis 3 mesures ont été effectuées : à 14h20, 14h30 et 14h40.

3) Après : String 1 = 33%, String 2 = 32%, String 2 = 33%
L'écart est en fait de 0,8%
On peut en déduire que le nettoyage n'a servi à rien puisque le string lessivé ne produit pas plus que les deux autres.
Mais, au fait, quel est le string qui a été nettoyé ? Je n'en sais rien, si je l'avais su j'aurais pu fausser involontairement les mesures. Pour le savoir, il n'est pas nécessaire de suivre les câbles (qui passent tous les six dans la même gaine et sont tous de la même couleur : noir), il suffit de masquer un des panneaux nettoyés et de voir quel est le string dont la puissance s'est écroulée.

 Avant nettoyage la chiure d'oiseau est visible sur le second panneau de la rangée du bas. Les 12 panneaux de gauche sont en série et forment un string.    La surface des panneaux n'était pas si sale que ça...    En vue rasante, la mince pellicule de pollen se devine sur les panneaux du string central (à droite de la parclose)



Conclusion :
Il est évident que le nettoyage ce genre d'installation ne sert strictement à rien. Mais peut-être que dans une région où il ne pleut jamais et où l'inclinaison des panneaux est très faible, il pourrait être bon de faire l'expérience. En fonction de la perte d'exploitation annuelle et du coût de l'opération de nettoyage, on pourrait décider de faire et établir un calendrier de nettoyage.