Mylène PEYRETON : "Entre Ciel et Terre"

Retour : des artistes - Retour à la page d'accueil


L'artiste

    Adresse :
Mylène PEYRETON
Le Château
70100 AUTREY-lès-GRAY

Tel. : +33 (0)3 84 32 39 10
Fax : +33 (0)3 84 32 37 96
Courriel : contact @ centre-argile.com
Site web : www.centre-argile.com


L'oeuvre : "Entre Ciel et Terre"

J'ai commencé par le travail de la terre, simplement en réalisant des objets en Raku qui allient utilité et esthétique, puis petit à petit ces objets muent, mutent pour accéder au statut de choses, de formes inutiles qui deviennent cellules, éléments d'un organisme plus complexe construit par accumulation. Je réalise ou m'approprie une forme et je la multiplie. L'idée de répétition n'est pas une contrainte mais devient le moteur de ma création. Le processus sériel utilisé suivant une disposition scénographique dépasse la réalisation artisanale, les accumulations, les installations spatiales éveillent l'émotion artistique. Le sentiment qu'évoque chacun des objets n'est pas primordial, ce qui est important c'est ce qui se passe entre eux. L'exploration de nouvelles dimensions, m'oblige à changer de matière. En effet, la terre, non pas délaissée, a ses limites, ses contraintes, ses faiblesses qui ne s'adaptent plus aux nouvelles formes et dimensions.

" Entre terre et ciel ", structure présentée ici, s'inscrit dans un travail commencé depuis plusieurs années à partir du carré ( " Carré de ciel ", terre enfumée et plexy, " Variation " panneau mural en raku, " Carré + " éléments en terre brute enfumée. . . puis " l'envol " structure composée de 110 éléments carrés, pliés par la diagonale). Le carré se transforme alors en un volume plastique, multiplié de dimension égale ou différente permettant la construction d'un espace à géométrie poétique. Les éléments restent compacts et statiques, n'insistent pas sur le mouvement mais sur une structuration de l'espace, la mesure des proportions, l'ordre des relations.
L'ensemble remplit un espace spatial, ou chacun des éléments dessine une ligne qui s'élance vers le ciel et se poursuit par un fil imaginaire qui les relie entre eux dans un chassé croisé au cceur d'un nouvel espace visible ou invisible faisant le lien entre la terre et le ciel, vers l'infini.
Laisser la matière brute, s'éroder, s'oxyder, s'imprégner des marques du temps comme témoignage et relation entre les espaces temps, les éléments et l'homme pour devenir enfin le vestige d'un fragment massif de contexte architectural.

Mars 2005



Situation : Chemin d'art n°4, emplacement 23