Marion GALUT : "Idéalo"

Retour : des artistes - Retour à la page d'accueil


L'artiste

    Adresse :
Marion GALUT
30, Bd de Lyon
67000 Strasbourg

Atelier : 35 rue des Vignerons, 67 520 Wangen

Tel : 06 12 29 01 16 / 03 88 32 01 74
e-mail : mariongalut@free.fr
site internet : http://mariongalut.free.fr


Formation

Dans l’intérêt de multiplier les points de vues, mes études d’art m’ont amenée à suivre différents parcours en parallèle : à l’Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg où j’ai passé mon diplôme en Arts et Multimédia en 1995 avec les félicitations du jury, à l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Nantes pour un Post-diplôme en 1996 ou encore à l’Université d’Arts Plastiques où j’ai passé les différents diplômes jusqu’à l’Agrégation en 1998.

2000/2004 Bourse de la Région Alsace, « les lauréats du C.E.A.A.C », (Centre Européen d’Actions Artistiques Contemporaines) pour la réalisation de la « symphonie des matériaux » en partenariat avec les Compagnons du Devoir de Strasbourg et l’Université d’électronique de Strasbourg. Conception sonore : Olivier Fuchs.

Expositions les plus récentes

2004
LANGAGE PLUS, exposition personnelle « la plongée du regard », centre d’art contemporain à Alma, au QUEBEC, dans le cadre des échanges de résidences d’artistes Alma /Alsace.
GALERIE ŒIL, Les échelles du design , Forbach, Maxéville, sélestat.

2003
La Chambre de Commerce et d’Industrie, design/designs, Strasbourg
Manifestation cultuelle à la cour des Frères, Wangen
GALERIE KAHN, exposition collective, Strasbourg

2002
GALERIE KAHN, exposition personnelle, Strasbourg
ST’ART 2002, foire européenne d’art contemporain, exposition des lauréats du C.E.A.A.C., (Centre Européen d’Actions Artistiques Contemporaines), Strasbourg
PORTES OUVERTES, les Compagnons du devoir, Strasbourg
LA LAITERIE, Spectacle d’Olivier Fuchs, Strasbourg

L'oeuvre: "Idéalo"

Une éolienne tourne dans le vide comme une roue lancée à l'infini. Cette éolienne, tournée vers l'horizon comme un point d'interrogation, renvoie par son œil loupe, l'image d'une terre en mouvement. Fixée sur un axe central, cette loupe pivote, oscille et ballaye du regard ce même horizon à la recherche d'une hypothétique réponse sur " le sens du vent ". Si le vent avait un sens, ce serait une sémantique en perpétuelle évolution qui trouverait sa logique dans la perte des points de repère.
Cette architecture dynamique est le support d'une composition musicale orchestrée par un ensemble de quatre de flûtes translucides reliées à une tige actionnée par l' éolienne. Cette tige monte et descend, au rythme du vent, et plonge les quatre flûtes dans un bassin d'eau. Par un système d'air comprimé les flûtes de tailles variées produisent ainsi un accord.
 L'installation consiste à remplacer pour le temps de l'exposition l'aile en métal par une loupe en plexiglas et à détourner le rôle de la tige. Celle-ci servait à l'origine à actionner une pompe pour l'eau.    Au pied de l'éolienne est disposé spécialement pour l'oeuvre un bassin en acier de 70 cm de diamètre et de 20 cm de haut dans lequel plongent les quatre flûtes. (acier, plexiglas)


Une petite vidéo de 5sec (950 ko) montre le mouvement des flûtes et on peut en entendre le son (14ko).

La réalisation pratique a été effectuée avec l'aide de l'atelier métallerie de l'AFPA de Belfort, Jean-Luc Ronget et Max Vandervorst.

Situation : Chemin d'art n°4, emplacement 24

Mise en place

 
 L'éolienne avant transformation    Derniers réglages dans les ateliers de l'AFPA