Self d'arrêt en mode commun sur câble coaxial
Retour au menu : Les baluns - Index général

Voir aussi : Les antennes pour bandes décamétriques - Les lignes - Les inductances HF - Les bobinages HF sur tore ferrite - Les baluns sur tores en ferrite - Problèmes de non-symétrisation d'un dipôle

On l'appelle également "choke balun" ou "common mode choke" dans la littérature en anglais. Son rôle est de bloquer les courants de gaine qui se forment lorsque l'antenne fonctionne mal (voir la page : Problèmes de non-symétrisation d'un dipôle ). C'est donc une self de choc qui s'apparente aux filtres placés parfois sur les cordons de claviers, écrans cathodiques d'ordinateurs...

Description

Il existe de nombreuses façon de placer une self d'arrêt sur une ligne coaxiale. La plus simple consiste à bobiner le câble sur un tube de diamètre le plus petit possible, limité en fait au rayon de courbure du coaxial, et avec un nombre de spires d'autant plus grand que la fréquence est basse. Pour du câble de 5 ou 6mm de diamètre il est difficile de descendre en dessous de 6 ou 8cm. Les spires sont bobinées généralement jointivement. Le nombre de spires dépend de la fréquence de travail et va de 20 sur la bande 80m à 5 sur la bande 10m pour une self cylindrique de 10 cm de diamètre. Plus le diamètre est grand plus le nombre de spires est faible.
 
 self cylindrique    L'utilisation d'un tore ne peut se faire qu'avec du câble de petit diamètre


Fonctionnement

Ce filtre de gaine n'est pas à proprement parler un "bal-un" puisqu'il ne permet pas le passage d'une ligne symétrique (ligne bifilaire par exemple) à une ligne asymétrique comme un câble coaxial mais il réduit les courants de gaine qui se forment lorsque l'antenne fonctionne mal (voir la page : Problèmes de non-symétrisation d'un dipôle ). C'est en fait une self de choc qui peut fonctionner sur une large bande de fréquence mais avec des limites :
- chaque spire représente une longueur de câble donc une perte (faible sur décamétrique) et une certaine masse supplémentaire
- la capacité entre spires limite l'efficacité vers les fréquences les plus hautes, le filtre se comportant comme un circuit accordé parallèle
L'insertion d'un tel filtre n'apporte pas de perte dans la transmission de l'énergie par le câble, contrairement au balun qui en outre provoque l'augmentation du ROS. Son principal inconvénient est d'ordre mécanique car, pour être efficace, il est nécessaire de le placer le plus près possible de l'antenne. La prise au vent et au givre éventuel, son poids ne doivent pas être négligés.
Pour limiter le nombre de spires on peut utiliser un noyau magnétique pour la self, soit sous la forme d'un tore en ferrite comme représenté ci-dessus, soit en insérant un fagot de bâtons de ferrite dans le mandrin cylindrique.
Le filtre peut être amovible, c'est à dire muni de prises et de fiches permettant de le raccorder côté antenne et côté câble de raccordement à la station. Dans ce cas il convient d'utiliser un câble qui supporte la puissance à transmettre et n'introduise pas de pertes supplémentaires.



-->