Qu'est-ce qu'un radioamateur ?
Retour au menu : Généralités sur la radio d'amateur - Index général

par F5ZV

Dans le mot "amateur" il y a la racine "aimer". Un radioamateur est donc une personne qui aime la radio, on devrait dire la radioélectricité, celle qui fascinait déjà Marconi, Branly et tous ces pionniers, physiciens professionnels ou amateurs des années 1890-1900. C'est leur état d'esprit qui anime encore les centaines de milliers de bricoleurs ou passionnés de trafic sur ondes courtes qui construisent leurs appareils ou leurs antennes et cherchent ensuite à en vérifier leurs performances.

Quelle différence avec un cibiste ?

Il y a des cibistes (utilisateur de la bande 27 MHz) qui ont l'esprit "radioamateur", ils ne sont pas rares. Mais la différence essentielle est qu'ils utilisent du matériel commercial homologué et sont limités par la réglementation aux conversations en phonie. Le radioamateur a le droit de concevoir et de réaliser son équipement d'émission-réception et peut émettre de multiples façons : en phonie, bien sûr, mais aussi en morse ; il peut transmettre des fichiers informatiques, des messages écrits, des images fixes ou de la télévision. Des radioamateurs ont construit des satellites qui permettent à tous d'échanger des messages avec tous les pays du monde tandis que d'autres explorent les bandes de fréquences très élevées qui seront sans doute utilisées dans l'avenir par les communications commerciales, comme la téléphonie mobile.

A l'heure d'Internet et du téléphone portable, quel intérêt à être radioamateur ?

Je répondrai simplement par une autre question : à l'heure de l'automobile et de l'avion, quel intérêt à utiliser un vélo ou à traverser l'océan en solitaire ? Les radioamateurs utilisent aussi Internet (ils en furent des pionniers) et le téléphone portable qui ne sont que des outils de la vie de tous les jours. Quand un radioamateur établit une liaison avec une station lointaine il se peut qu'il communique avec un ami des antipodes pour échanger des informations techniques mais il est fort probable qu'il le fasse pour étudier les phénomènes de propagation des ondes ou pour vérifier le fonctionnement de sa nouvelle antenne.

La propagation des ondes ne doit plus avoir de secrets pour les scientifiques ?

Je ne crois pas qu'il y ait dans le monde un spécialiste en radioélectricité qui affirmerait cela. Bien sûr on n'est plus en 1920 où la plupart des savants étaient convaincus que les ondes courtes n'avaient que peu d'intérêt pour les communications et proposèrent de les abandonner aux radioamateurs. Quand des radioamateurs français et américains eurent prouvé que des liaisons transatlantiques étaient possibles avec des moyens dérisoires, les services officiels eurent tôt fait de récupérer ce qu'ils avaient négligé et les radioamateurs durent se cantonner dans des bandes de fréquences qui leurs sont encore réservées. L'expérimentation est toujours d'actualité chez les radioamateurs, d'autant plus que certains d'entre eux occupent des postes importants dans des grands centres de recherches et se servent de leur expérience de radioamateurs dans leur réflexion.

Alors la radio d'amateur est réservée aux esprits scientifiques ?

Sûrement pas, on trouve des radioamateurs dans toutes les catégories de population : littéraires, scientifiques, techniciens, fonctionnaires, commerçants, agriculteurs... du lycéen au retraité. Les femmes sont peu nombreuses mais ce ne sont pas les moins passionnées. Il est vrai que l'examen qui permet d'obtenir la licence comporte des questions techniques qui exigent du candidat de connaître les rudiments de la radio et de l'électricité.

Il faut donc passer un examen ?

Avant d'autoriser quelqu'un à construire son matériel et à l'utiliser en émission, l'Administration vérifie le niveau de compétence du candidat radioamateur. L'examen officiel, organisé par l'Agence de Régulation des Télécommunications (ART), se compose de 2 épreuves comportant des questions relatives à la technique et à la réglementation des radiocommunications. Une épreuve de réception auditive de l'alphabet morse s'ajoute à ces deux épreuves pour celui qui souhaite obtenir une licence de radiotélégraphiste. Sur le plan théorique l'examen pour être radioamateur se situe au niveau du CAP d'électronique, bien que les programmes soient très différents. Une fois l'examen en poche, le radioamateur n'aura plus qu'à acquitter la taxe annuelle d'émission et recevra un indicatif d'appel.

 

-->