Recherches dans les Archives Départementales
Retour à la page Généalogie

Les dépôts d'archives départementaux sont les lieux les plus pratiques pour effectuer des recherches sur une zone couvrant plusieurs communes ou paroisses.

Les documents et leur consultation

Les registres paroissiaux et l'état-civil de 1792 à 1892 ont été microfilmés et peuvent être consultés à l'aide de lecteurs de microfilms. Certains microfilms commencent à être rayés et les reproductions sur papier (à l'aide de lecteurs-reproducteurs) sont moins lisibles. Les autres documents sur papiers (EC non microfilmé, notariat, cadastre...) sont consultables directement à condition qu'ils soient communicables, c'est à dire en bon état et d'une ancienneté suffisante (voir délai de communicabilité). Les archives privées déposées peuvent parfois être consultées avec l'autorisation de leur propriétaire.
La manipulation des documents originaux anciens réclame un soin particulier. Ne pas rien poser sur les liasses, tourner les pages avec précaution, ne pas modifier l'ordre des feuillets, ne pas poser la feuille de prise de notes sur le document ancien. Photographier sans flash plutôt que photocopier. Se laver les mains avant et aprés les manipulations. Tous les documents méritent le plus grand respect.

Délai de communicabilité

Pour des raisons de confidentialité ou de sûreté les documents archivés ne sont pas tous communicables (sans parler de l'état des pièces). La consultation des archives privées déposées est soumise à l'autorisation de leur propriétaire.
60 ans : documents relatifs à la Défense Nationale. Les fiches de décés des soldats tués lors de la Grande Guerre sont disponibles sur Internet : voir page des Liens.
100 ans : actes de l'état civil, minutes notariales et tout acte relatif aux personnes. Mais les conjoints, ascendants et descendants d'un individu peuvent obtenir une copie).
120 ans : enregistrement, fichier des instituteurs, archives du personnel de la Marine ou de l'Armée de terre (à partir de la date de naissance de la personne).
150 ans : Assistance Publique, dossiers médicaux (à partir de la date de naissance)

En salle de lecture

On trouve également en consultation sur place des dictionnaires (latin, anglais, allemand, noms propres, communes...), des ouvrages de référence, des livres consacrés à l'histoire locale... Mais aussi des revues et magazines, en particulier ceux consacrés à la généalogie.
Le travail en salle de lecture nécessite une concentration qui ne s'accomode pas des bruits et chuchotements. Le travail à deux est toléré dans la mesure où il ne distrait pas les autres lecteurs.
Certaines salles de lecture ne disposent pas de lecteurs (et surtout de lecteurs-reproducteurs) en quantité suffisante, il vaut mieux arriver à l'ouverture ou téléphoner pour réserver un lecteur si cette possibilité existe.

Mode d'emploi des AD

- avant de se déplacer, téléphoner au secrétariat pour connaître les périodes et horaires d'ouverture, le fonctionnement sommaire de la salle de lecture... Certains dépôts ont une période de fermeture pour congés, ouvrent le samedi matin, font la journée continue, sont fermés les veilles de jours fériés, font les ponts...
- En entrant dans la salle pour la première fois il faut se faire établir une carte de lecteur à partir d'une pièce d'identité. Son numéro sera à reporter sur les demandes de communication de documents.
- La première fois, demander au personnel des explications sur le fonctionnement de la salle de lecture, le prix des photocopies, le maniement des lecteurs de microfilms, l'existence de fichiers, de tables, la possibilité d'utiliser un PC portable...
- Rechercher dans le répertoire adéquat la cote du ou des documents recherchés et remplir une fiche qui sera remise à un employé ou déposée dans un casier... selon le cas.
- La levée, c'est à dire le traitement des demandes de communication, peut s'effectuer en temps réel ou de temps en temps (toutes les demi-heures, par exemple).
- Attendre patiemment la mise à disposition du document et en demander la communication dés qu'il semblera disponible.
- En général n'est communiqué qu'un seul document à la fois mais on peut revenir sur un précédent document en restituant l'autre.
- Dans certains dépôts surchargés le nombre de documents communiqué par jour et par lecteur est limité. On aura peut-être intérêt à bien réfléchir avant de choisir ou encore venir à deux.
- La consultation est gratuite mais les copies (photocopies ou restitutions sur papier de microfilms) coûtent de 0,3 à 1 euro. On peut aussi prendre des photos sans flash des documents sur papier en se rapprochant des fenêtres. Prévoir un pied pour l'appareil photo et des films sensibles. Lors de l'achat d'un appareil photo numérique, exiger un essais de photo rapprochée, voire macrophotographique, en lumière artificielle.

Guides
La plupart des services d'AD ont édité un guide listant les fonds en leur possession. Ce peut être une aide précieuse pour travailler à distance ou pour préparer un séjour de consultation. Ces guides sont vendus dans les services correspondants et dans certaines librairies mais sont consultables dans les salles de lectures des autres départements.Voici quelques renseignements pratiques et indicatifs sur quelques dépôts départementaux : AD08, AD55, AD88, AD54, AP-Luxembourg (B),

Cadre de classement
Les documents déposés sont classés et identifiés avec un numéro basé sur la "série".
Les documents peuvent être des plans, des livres, des liasses, des registres, des microfilms... Ceux qui intéressent plus particulièrement les généalogistes sont l'état civil, le notariat, les registres d'écrou, cadastre...
Les séries A à I concernent l'ancien régime (avant 1790) et les séries K à Z les archives modernes (de 1790 à 1940)


Série

Contenu
A  Actes du pouvoir souverain...
B  Justice, parlements, baillages, cahiers de doléance, insinuations, cours, juridictions, procés...
C  Administration provinciales, impôts, intendance
D  Enseignement, instruction publique, arts, collèges...
E  Etat civil, RP, fonds de famille, féodalité, archives des notaires...
E-dépôt  Archives communales déposées.
F  Fonds divers se rattachant aux archives civiles
G  Clergé séculier, évêché, chapitres, paroisses,
H  Clergé régulier, abbayes, ordres militaires et hospitaliers...
H-dépôt Dépôts récents des établissements hospitaliers.
I  Fonds divers se rattachant aux archives ecclésiatiques
J  Dons ou acquisition de fonds
K  Lois, ordonnances et arrêtés,
L  Administration de 1790 à 1800, département, comités...
M  Administration, population, économie, listes électorales
N  Administration et comptabilité départementale, CG
O  Administration et comptabilité communale
P  Finances de l'Etat, cadastre, Eaux et Forêts, postes...
Q  Domaines, hypothèques, enregistrement, biens nationaux...
R  Affaires militaires, recrutements...
S  Travaux publics, transports, usines, énergie...
T  Enseignement public, sports, affaires culturelles, presse
U  Justice, tribunaux
V  Cultes jusqu'en 1906
W  Dépôts récents par ordre chronologique
X  Assistance publique, hopitaux, pupilles
Y  Etablissements pénitentiaires, registres d'écrou, mendicité
Z  Sous-préfectures
AV  Archives sonores et audiovisuelles
Mi  Microfilms (en particulier les sauvegardes de BMS et NMD)
Fi  Plans, cartes, photos, cartes postales, affiches...
 
Les archives notariales

C'est une source d'information complémentaire aux registres paroissiaux qui peut permettre de poursuivre ou documenter une généalogie quand on a épuisé tous les autres moyens. On y trouve en particulier :
- Les inventaires aprés décés et les actes de partage. Trés instructifs sur le mode de vie du défunt.
- Les testaments. Trés intéressants pour comprendre les relations familiales à un moment donné.
- Les contrats de mariage qui permettent de reconstituer ou confirmer les parentés.
- Les actes de vente de propriété, les contrats divers, les actes de notoriété, tutelles et curatelles, les baux.
Les archives des notaires sont rarement classées.. Il existe parfois des tables ou dépouillements. Elles ne sont pas toutes déposées et disponibles et ont assez souvent disparu. Pour rechercher un acte il importe de connaître le nom de l'étude qui en était dépositaire. Les notaires sont rarement enthousiastes quand on les sollicite pour des recherches dans leurs archives.