La numérotation d'Aboville

Retour à la page Généalogie

Le système de numérotation Sosa-Stradonitz utilisé dans une généalogie ascendante ne peut pas être utilisé pour codifier les individus d'une généalogie descendante.

Principe

Dans une généalogie descendante, on part de l'ancêtre le plus ancien et on recherche tous ses descendants. Pour numéroter ceux-ci la méthode d'Aboville est une des plus simples (il existe aussi les méthodes Pélissier, Dujardin, Tabuteau, Ponroy, Demonferrand, Dupaquier...) bien que les codes obtenus s'allongent à chaque nouvelle génération. En voici les principes.
- L'ancêtre de départ porte le numéro 1.
- Chacun des enfants d'une famille est identifié par le numéro de son père suivi du rang qu'il occuppe parmi ses frères et soeurs.
- S'il y a plus de 9 enfants on utilise des lettres majuscules : A pour le dixième, B pour le onzième...
- Il est toujours possible d'ajouter un individu sans bouleverser les numéros existants.
- Dans un même fichier il est possible de faire cohabiter plusieurs généalogies descendantes en numérotant l'ancêtre de départ avec son numéro Sosa. Les deux enfants de l'individu 14 porteront par exemple les numéros 14/1 et 14/2.

Exemple 1 : Si l'ancêtre de départ a 3 enfants, ils porteront les numéros 11, 12 et 13. On peut séparer les chiffres par des points (1.1 ou 1.2).

Exemple 2 : Le père des individus 113511 et 113512 est 11351, ils appartiennent à la 6ème génération.

Illustration graphique

Dans l'exemple ci-dessous l'individu 122 n'a pas encore de descendance connue. Dés qu'un de ses enfants sera identifié il portera le numéro 1221.