Environnement
Retour vers le menu de Bourg-sous-Châtelet - Les Sources

Le territoire de la commune est si petit qu'on pourrait croire qu'il ne s'y peut passer rien d'intéressant. Pourtant, il a suffi d'un samedi matin à un amateur averti pour y dénombrer et identifier plus de 70 espèces de champignons (où ne figure même pas l'amanite tue-mouches ! ). Qui se doute qu'il pousse des orchidées dans les prés à l'est du village ? Bien sûr ce ne sont que de modestes orchis tachetés.

Malgré l'urbanisation avancée et la densité de population élevée, notre village est resté rural et le calme qui y règne n'est pas pour rien dans les rencontres d'animaux sauvages qu'un observateur patient ou chanceux peut vivre : chevreuil, sanglier, renard, cigogne, blaireau, coucou, écureuil, martin-pêcheur, fouine, belette, héron, milan, ...

En partant de la place de retournement à l'extrémité de la rue de la Forêt, les amateurs de randonnée trouveront dans le bois du Châtelet un sentier balisé (rond vert) qui les conduira à Rougemont-le-Château ou à Etueffont. La forêt de Bourg est l'extrémité sud d'un massif forestier qui se prolonge jusqu'à la frontière allemande, aux confins des Vosges du Nord.

 

 

Même s'il n'intéresse guère le pêcheur et qu'il ne fait plus tourner la roue du moulin de Saint-Germain, le ruisseau de Bourg ne manque pas d'attrait, surtout dans sa partie supérieure, quand il coule à l'ombre de la forêt.

Ceux qui se demandent pourquoi le ruisseau ne tarit jamais seront contents d'apprendre qu'il tombe près de un mètre d'eau par année à Bourg (voir climat).

Enfin on se rassurera en apprenant qu'officiellement, le seul risque important pour la population n'est pas l'inondation mais le risque sismique. En effet, d'après les cartes géologiques, Bourg est situé au point de convergence de plusieurs failles.