Le mur d'Hadrien
Retour : Sur les chemins d'Ecosse


En 84 de notre ère, l'empire romain s'étendait jusqu'à la Calédonie, qui ne s'appelait pas encore l'Ecosse. Pour contenir les incursions des barbares Pictes, l'empereur Hadrien ordonna en 122 après JC la construction d'un mur, sorte de muraille de Chine qui s'étendait de l'embouchure de la Solvay jusqu'à Newcastle sur 117 kilomètres.
Des vestiges très intéressants du mur d'Hadrien sont visibles entre Carlisle (
C) et Newcastle (N), aux environs de Greenhead, à Gisland en particulier où on peut voir les restes d'un fort, d'un pont, de plusieurs tours et d'une portion de mur bien conservée.


 Le mur mesurait environ 5m de hauteur. Il était surmonté d'un chemin de ronde. Cette section est une des mieux conservées car, dans les autres endroits, les pierres ont été réutilisées pour clore les champs ou pour la construction des batiments.  Au nord, le mur était longé par un fossé. Ici, un chemin agricole suit le fossé qui longeait le mur au nord, côté Ecosse. Au sud, un chemin militaire suivait le mur et déservait chaque fort et tour miliaire.
 Tous les 1500m environ (un mile romain), suivant le terrain, était dressée une tour (tour miliaire) qui servait d'abris aux sentinelles.  La photo ci-dessus montre les vestiges d'un des forts qui abritait une garnison. Il est adossé au mur, plus épais à cet endroit.
 Une pile du pont qui traversait la rivière Willowford. Depuis l'époque romaine le lit de la rivière s'est déplacé de plus de deux cents mètres et les restes du pont sont maintenant au milieu d'un pré.  Les traces des romains sont très nombreuses et les musées consacré au sujet sont riches d'objets et de sculptures antiques. Le petit musée de Maryport possède une belle collection d'autels comme ceux que l'on voit ci-dessus.