Sous Verdun
25 août 1914 - 9 octobre 1914
Retour au menu :
Sur les pas de Ceux de 14

Dimanche 6 septembre 1914


"Vers neuf heures, le bombardement commence. Les marmites* sifflent sans trêve, éclatent sur Pretz, crèvent des toits, abattent des pans de murs. Nous ne sommes pas repérés, nous sommes tranquilles. Mais nous sentons la bataille toute proche, violente, acharnée."
*obus de gros calibre


"Alors je m'allonge sur la terre nue, appelant le sommeil. Et dans le temps qu'il met à venir, j'entends le roulement, sur les routes, des voitures pleines de blessés ; et là-bas, dans Sommaisne, les chocs sourds des crosses dans les portes et les hurlements avinés des Allemands qui font ripaille."

Jeudi 10 septembre 1914

"Enragée cette fusillade. Cela pétille innombrablement, grêle, pressé, inlassable. A plat ventre dans l'herbe gorgée d'eau, je regarde la lueur d'un incendie, rougeoiment terne qui semble plaqué sur le ciel opaque : ce doit être la ferme de la Vauxmarie qui brûle."

Dimanche 13 septembre 1914

"La nuit vient. Et soudain, dans l'ombre grise, des ruines se lèvent : nous sommes à Erize-la-Petite.
L'entrée du village, à peine plus qu'un hameau, était obstruée de voitures, de charrues, de grands rateaux à foin qu'on a tirés sur les côtés. Silencieux, nous passons devant les masures effondrées. Plus rien que des pans de murs, des cheminées debout sur la dévastation des foyers.