de Erfoud à Merzouga
Retour : Sommaire - Index -

Page précédente : Errachidia, le lac et la palmeraie

Dès que l'on approche d'Erfoud apparaissent les premières dunes de sable. Il y a deux chemins pour rejoindre l'Erg Chebbi : une belle route toute neuve qui passe par Risani et se dirige vers Merzouga et une piste aléatoire qui prolonge la route R702 (voir la carte Michelin) qui part vers l'est du centre d'Erfoud. C'est cette dernière que nous avons choisi de prendre avec notre petite voiture.
En fait ce n'est pas une mais une multitude de variantes de pistes plus ou moins visibles qui permettent de traverser une vaste étendue désertique caillouteuse. Au loin, on aperçoit les dunes dans la brume et à moins d'y aller de nuit ou par une tempête de sable il n'y a guère de risques de se perdre. On peut éventuellement rester ensablé dans une flaque de sable mais il faudrait le faire exprès. L'aventure est là, même s'il n'y a qu'une trentaine de kilomètres à parcourir. En fait la difficulté est à Erfoud, pour essayer de se débarrasser des pseudo-guides qui harcèlent le touriste en utilisant toutes les ruses possibles pour le guider jusqu'aux dunes.
 On peut apercevoir les dunes dès la sortie d'Erfoud    Un croisement de pistes sans véritable signalisation
Une piste longe le massif de dunes et permet de rejoindre Merzouga sans risque de s'égarer. Elle est jalonnée par un chapelet d'auberges qui sont en fait des sortes de motels à dromadaires. Le confort est acceptable.
 Les dunes sont posées sur le socle rocheux    

Page suivante : Les habitants du désert marocain