Errachidia
Le lac et la palmeraie
Retour : Sommaire - Index -

Page précédente : De Midelt à Errachidia, fleuves de pierre et forteresse de terre

L'eau qui sort du lac Hassan Addakhil traverse la palmeraie d'Errachidia. On découvre soudainement cet océan de verdure à la sortie d'un virage ; le point de vue mérite qu'on s'y arrête. Un parc de stationnement immense laisse imaginer les bus qui s'y rangent le temps d'une photo, à la haute saison touristique. Fin mai, il n'y a que nous, et un guide qui nous demande de l'emmener à Merzouga pour y retrouver un cousin. En fait il cherche des clients, comme tous ses collègues en cette période de morte saison.

 Non ce n'est pas un mirage, c'est un lac au milieu du désert de pierres surchauffées.    Il n'a pas beaucoup plu l'hiver dernier et le niveau de l'eau est bas, comme on peut le voir sur l'autre rive.
 Ce lac de verdure est alimenté par l'eau que déverse lentement le lac Hassan Addakhil.    Les palmiers maintiennent l'humidité qui favorise la pousse des légumes.

Page suivante : de Erfoud à Merzouga