Le gîte d'Anergui
Retour : Sommaire - Index -

Page précédente : Un hameau d'Anergui, les Aït Khoya

Le gîte Wihalane a été construit par José il y a une dizaine d'années. Il a trois chambres et une grande salle qui peut servir de dortoir. Pendant tout notre séjour nous avons mangé sur la terrasse avec une vue extraordinaire sur la montagne et la vallée d'Anergui. La maison a été construite à flanc de coteau en terre et avec les techniques traditionnelles. Elle est située en bordure du village, ce qui garantit le calme et la tranquillité, ce qui n'aurait pas été possible s'il s'était trouvé au centre du village. Le confort est simple mais il y a toutes les commodités, sauf l'électricité. On s'éclaire au lumogaz ou à la bougie, on se lave au hammam. Les toilettes sont correctes, la cuisine a tout ce qu'il faut (sauf un frigo), seule entorse : la cuisine se fait sur le gaz, pas sur les braises. Les meubles ont été conçus et fabriqués par des artisans locaux.


C'est Mohammed et sa femme Zimba qui sont les gardiens du gîte. Ils sont d'une gentillesse et d'une honnêté exemplaires et toujours prêts à rendre service. Bien que ne parlant guère le français, ils comprennent en gros ce qu'on leur demande. Zimba prépare les repas mais il faut commander le repas quelques heures à l'avance pour lui laisser le temps de le préparer : couscous ou tajine, brochettes le jour du souk... Zimba cuit le pain dans sa maison qui est située derrière le gîte et nous a fait le plaisir de nous y offrir le thé. C'est très simple et rustique, une habitation typique de la région.
 
 Le petit déjeuner sur la terrasse    Mohamed et sa soeur prépare les brochettes


Le gîte Wihalane est un endroit où on se sent bien et où on est sûr de ne pas se faire arnaquer. Il est peut être possible de trouver mieux ailleurs en apparence mais en réalité il est d'autres lieux où on ne tardera pas à avoir l'impression d'être un client (quand ce n'est pas une vache à lait) plutôt qu'un ami.
Celui qui cherche le confort de son appartement parisien ou celui d'un 3 étoiles avec vue sur la plage n'est pas le bienvenu ; d'ailleurs il n'a aucun intérêt à quitter les circuits habituels des tours opérators. A l'opposé, celui qui veut découvrir le monde extra-ordinaire des Berbères de l'Atlas pourra venir passer une semaine ou deux chez Mohamed et Zimba. En cousins.

Page suivante : dans les familles berbères du Maroc