Un hameau d'Anergui, les Aït Aïssa
Retour : Sommaire - Index -

Page précédente : Au Maroc, Anergui

Depuis le gîte Wihalane une petite randonnée de 3 heures permet de découvrir à la fois Anergui sous un autre point de vue et un petit hameau plein de charme. Comme dans toute la région les habitants sont des petits agriculteurs ou éleveurs.
En partant de la place du souk on monte vers le centre administratif (la Caïda) après avoir jeté un coup d'oeil aux ruines du "fort des Français". A la sortie du village un sentier à gauche permet de revenir vers les Aït Aïssa par le haut. Après avoir traversé le hameau on redescend vers le gîte.

 
 Les Aït Aïssa    Une photo de José : au loin Anergui et la vallée de l'Asif Melloul


Le taureau

Ici l''aventure est encore possible. Il suffit de s'habiller en rouge et de traverser un pâturage où se trouve un taureau de mauvaise humeur. Celui-là était attaché à un piquet et entouré de trois vaches. Quand il a vu le promeneur, il a vu rouge, a arraché son piquet et s'est placé sur le sentier pour lui barrer le chemin en beuglant et en grattant la terre avec sa patte, comme dans toute corrida qui se respecte. José était là avec son appareil photo, bien planqué derrière un rocher. La confrontation a duré dix minutes, le temps qu'un paysan du village vienne en courant pour ramener le taureau à de meilleurs sentiments vis à vis des étrangers. Un bon coup de bâton a suffi.
C'est la perspective et la contre-plongée qui lui donne les dimensions d'un veau, il avait en réalité la taille d'un bestiau adulte bien de chez nous.
N'écoutez pas les imbéciles qui prétendent que le taureau ne voit pas clair et n'est pas ému par la couleur rouge : habillez vous en vert et armez-vous d'un bâton...


 

Page suivante : Un hameau d'Anergui, les Aït Khoya