Au Maroc, en mai-juin
Retour : Ici et Ailleurs - Index

Ce n'est qu'en le voyant vivre chez lui qu'on peut comprendre vraiment quelqu'un. Ce n'est qu'en le parcourant qu'on peut accèder à la troisième dimension du paysage filmé ou photographié. Il a fallu que José nous y conduise pour que nous mesurions la grandeur du massif de l'Atlas et celle de ses habitants. Ce récit de voyage n'est pas exemplaire car notre façon de voyager ne conviendrait certainement pas à tout le monde, ne serait-ce que parce que tout le monde n'a pas un guide comme José.

De Casablanca à Beni-Mellal, la plaine est morne mais on retrouve la montagne à Ouaouizarht. La petite route de Ouaouizarht à Tamga est praticable en voiture jusqu'au gîte de Tamga, près de la Cathédrale. Ensuite la piste de Tamga à Anergui suit les gorges de l'Asif Melloul. Pour aller à Anergui on peut aussi traverser la rivière sur une passerelle traditionnelle et suivre le sentier qui longe les crêtes par le village d'Askemod. Une semaine au gîte Wihalane nous a permis de visiter les Aït Aïssa, un hameau comme les Aït Khoya et de mieux connaître la vie des Berbères de la montagne : potier, forgeron, maçon, marchands, meunier, bergers et agriculteurs.
De Midelt à Errachidia la route traverse une grande variété de paysages desertiques où l'eau de l'oued Ziz, régulée par le lac Hassan Addakhil, irrigue des palmeraies comme celle d'Errachidia ou de Rissani. A trente kilomètres d'Erfoud se trouve l'Erg Chebbi, un vrai désert de sable.


Page suivante : De Casablanca à Beni-Mellal