Sites naturels particuliers
Retour à la page de présentation "Islande"  


L'adjectif "particuliers" du titre indique que les paysages, que l'on peut regarder de plusieurs endroits, sont exclus de cette page. D'ailleurs ils prendraient trop de place.


Cascades

Nombreuses et spectaculaires, beaucoup sont accessibles sans 4x4. Elles sont toutes différentes et ont chacune leur charme, d'autant plus grand qu'elle sont désertes...

 
 Gullfoss : 64.3261 , -20.1318 accessible aux autocars - prévoir un vêtement de pluie
Sans aucun doute la plus impressionnante par sa puissance et bénéficiant de plusieurs points de vue faciles d'accès.
   Aldeyjarfoss : 65.3644 , -17.3412 accessible aux 4x4 - vers l'extrémité nord de la F26
Bien plus petite et moins envahie que ses grandes soeurs, cette chute est un petit bijou dans un écrin de basalte cristallisé. On peut y accéder quand même avec un véhicule de tourisme en marchant quelques kilomètres.

Autres chutes visitées :
- Godafoss : 65.6841, -17.5488 très facile d'accès mais très envahie par les touristes. Une belle chute.
- Dettifoss : 65.8122 , -16.4002 facile d'accès pour tous véhicules grâce à une belle route. Deux belles chutes qui méritent une petite ballade à pied.
- Skogafoss : 63.529 , -19.513 très facile d'accès et par conséquent très fréquentée. Proche de l'écomusée de Skogar.
- Seljalandsfoss : 63.616 , -19.993 c'est la chute derrière laquelle on peut se promener et surtout se faire photographier... Beaucoup de monde. A voir si on passe à côté.
- Svartifoss : 64.0272 , -16.9751 petite chute modeste accessible à pied dans le cadre d'une randonnée intéressante. Ce n'est pas une priorité quand on a peu de temps.
- Hengifoss : 65.095, -14.890 A l'écart des circuits et accessible à tous véhicules. Une belle randonnée avec des points de vue magnifiques. La chute par elle-même ne vaudrait pas le voyage.


Géothermie

Les lieux de manifestations du "feu de la Terre" sont innombrables en Islande : sources chaudes, geyser, jets de vapeur, marmites de boue bouillonnante, sol chaud...
Le lieu à ne pas manquer est celui de Geysir car il est facile d'accès et le geyser en fonctionnement est une attraction qui amuse tout le monde, sauf peut-être les imprudents qui n'ont pas tenu compte du sens du vent et ont pris la douche. Assez régulier (5 à 10mn entre chaque jet) il forme une immense bulle bleue qui éclate pour laisser passer une colonne d'eau tiède qui monte jusqu'à 20 ou 30m de hauteur. Sur le même site se trouve quelques marmites et sources d'eau très chaude.
 
 Seltun, dans le sud-ouest de l'Islande regroupe solfatares et marmites bouillonnantes.    A Geysir, le jet d'eau le plus photographié de l'île commence son numéro en formant une bulle d'eau d'un très beau bleu.

Autres lieux :
Namafjall : 65.6418 , -16.8074 : facile d'accès, c'est sans doute le site le plus fréquenté pour observer jets de vapeur et marmites de boue.
Seltun : 63.8958 , -22.0521 pas très loin de Reykjavik et du Lagon bleu.
Brennisteinsalda : 63.9821,-19.089 superbe endroit dans le Landmannalaugar. La traversée pédestre de la coulée de lave permet de voir de gros blocs de lave vitrifiée (obsidienne) et la randonnée vers le sommet du Brennisteinsalda découvre des panoramas absolument magnifiques.


Géologie

L'Islande est un endroit extraordinaire pour ceux qui se demandent comment les paysages se fabriquent.
Même si on a pratiquement aucune chance de voir couler de la lave, on pourra toucher des coulées de lave récentes, encore chaudes, d'autres refroidies et déjà colonisées par les lichens, les unes attaquées par l'érosion, les autres érodées par les glaciers ou recouvertes par les lacs, piétinées par les moutons ou les chevaux.
On verra les fractures de la dorsale médio-atlantique et les phénomènes volcaniques qui s'y rattachent. Un peu partout des panneaux très bien faits décrivent et expliquent les phénomènes qui ont façonné le petit bout de croûte terrestre que l'on a sous les yeux. Connaître le vocabulaire (anglais) de base relatif à la géologie peut être bien utile bien qu'il existe des panneaux explicatifs en français.
   
     Sur le site du volcan Krafla une série de panneaux expliquent ce qui s'est passé ici et comment fonctionne la centrale géothermique locale.    A Thingvellir, comme en beaucoup d'autres endroits, les fissures de la croûte terrestre sont facilement identifiables

Endroits particuliers
- Thingvellir : 64.255 , -21.131 : un des endroits les plus visités d'Islande, facile d'accès et permettant une charmante promenade à la fois dans les failles, au bord du lac, dans le petit hameau et à l'endroit historique et fondateur de la nation islandaise.
- Hengifoss : 65.095, -14.890 : formation des coulées basaltiques successives
- Aldeyjarfoss : 65.3644 , -17.3412 : coulées basaltiques successives
- Svartifoss : 64.0272 , -16.9751 : orgues basaltiques
- Svínafellsjökull : 64.0086 , -16.8805 : érosion provoquée par le glacier et formation des moraines
- Asbyrgi : 66.002 , -16.512 : le site étonnant d'une ancienne chute d'eau

Glaciers

Nombreux, on les voit généralement de loin mais ils ne se laissent pas facilement approcher. Nous en avons vu deux de tout près, proches du parc de Skaftaffel et donc de la route n°1
 
 64.415 , -15.406 Hoffellsjökull. Accessible en 4x4 jusqu'à la moraine frontale qui retient un petit lac dans lequel flottent des glaçons de toutes tailles. Ceux-ci montrent dans leurs strates les traces des érruptions volcaniques du passé. Un site très sauvage et très peu fréquenté qui mérite vraiment le détour.    64.0086 , -16.8805 Svínafellsjökull parking facile d'accès pour tous véhicules. Très fréquenté. Une belle vue d'ensemble sur le petit lac et les crevasses impressionnantes entre lesquelles crapahutent des randonneurs bien accompagnés et bien équipés. On y voit le travail d'érosion du glacier.


Dans le même secteur, le site incontournable de Jökulsàrlon mérite absolument un arrêt. Les glaçons d'une belle couleur bleue et les phoques donneront quelques jolies photos-souvenir. Par contre la croisière en bateau amphibie n'est peut être pas indispensable, surtout si on a le temps de faire une petite rando le long du lagon.

Faune

On pense bien sûr aux oiseaux des falaises et en particulier aux macareux mais les trajets à l'intérieur des terres fournissent des occasions de rencontrer de nombreuses espèces rares ou difficiles à approcher quand on est en France : le grand corbeau par exemple. Une paire de jumelles, de la patience, de la discrétion et beaucoup d'attention permettront de s'approcher suffisamment de la plupart des oiseaux pour faire quelques photos intéressantes sans disposer d'un télé-objectif de pro.
Les animaux plus ou moins domestiques peuvent facilement animer des photos de paysages, il suffit de choisir le point de vue qui convient.
 
 Garrot d'Islande (Bucephala islandica) s'aspergeant à Asbyrgi    Le macareux moine est très facile à photographier à Bakkagerdhi, à 75km d'Egilstadir par la route 94. Mi-août 2014 il en restait des dizaines sur le petit promontoire où sont aménagés les plateformes d'observation. Suivre les pancartes mentionnant le mot "lundi" qui est le nom de cet oiseau en islandais.

Quelques-uns des oiseaux aperçus :
- Courlis Corlieu, barge à queue noire, pluvier doré : prairies
- Phalarope à bec étroit : ruisseau (camping du Landmannalaugar)
- Grand Labbe, sterne arctique, mouette rieuse, mouette tridactyle, huitrier pie, chevalier gambette, macareux moine : bord de mer
- Grive mauvis : Reykjavik
- Grand corbeau : Gülfoss

Le macareux moine (et bien d'autres oiseaux) peut être approché à quelques mètres à Bakkagerdhi (Borgarfjarðurhofnvegur ) en 65.5418 , -13.7540 mais aussi en plusieurs autres endroits de la côte.