Quinzième jour : à Vancouver
Retour à l'introduction du journal

Dernier jour de voyage que nous passerons à parcourir le jardin botanique et Granville Island et à visiter l'Art Gallery.




09h30 Après avoir acheté un dictionnaire étymologique anglais dans une petite librairie où la patronne parle le français, nous prenons le bus Arbutus Street en direction de Downtown. Dans le bus, un aveugle nous entend nous interroger sur l'arrêt où descendre pour se rendre à Granville Island ; il se rapproche de notre siège et nous propose gentiment ses services.

10h45 Nous sommes dans le marché de Granville Island, sous le Granville Bridge. Grande profusion de fruits et légumes indigènes très exotiques pour nous. Les étals sont très bien tenus, le secteur des poissonniers présente du saumon de toutes les couleurs (mais frais quand même).

11h50 Au bord de l'eau, quelques dizaines de promeneurs écoutent un orchestre de musique country. Pour avoir une idée de ce que l'on entendait ce jour-là, il suffit de cliquer sur la photo de l'orchestre.
 

13h10 La population de Vancouver est une des plus cosmopolites qui soit. Dire que tout est harmonie parfaite serait exagéré, mais en comparaison avec la plupart des villes européennes, Vancouver est une ville calme où il fait bon vivre.
L'influence de la culture asiatique est très nette dans certains quartiers

13h55 Nous quittons Granville Island et remontons à pied Granville Street, une des plus longues rues de la ville, au travers de Downtown, en direction du Nord-Est. Trois kilomètres plus loin nous arrivons à Waterfront Station qui est aussi le terminal du Seabus.

15h45 Nous sommes assis dans le Seabus, un bateau qui permet aux piétons de traverser le bras de mer qui sépare Vancouver de North Vancouver City. Notre Day Pass pour le bus est valable pour cette ligne.
Nous faisons simplement l'aller-retour, pour prendre un peu de recul et contempler les "gratte-ciel" de Vancouver.

16h30 Le bus nous a ramené dans le quartier de l'UBC (Université de British Columbia). Nous traversons l'université sous le soleil. L'UBC comporte plusieurs bâtiments intéressants sur le plan architectural, la bibliothèque, par exemple.


16h50 Le ticket d'entrée dans le jardin botanique coûte 5 CAD. Celui-ci est composé de plusieurs secteurs dont les plus intéressants sont :
- Le jardin alpin (Alpine Garden) qui rassemble des centaines de plantes regroupées par origine et placées sur un talus bien ensoleillé.
- Le potager (Food Garden - photo ci-dessous, à droite) avec légumes, arbres fruitiers, arbustes... Il est surprenant pour un Français de constater que les framboises, bien mûres, n'ont pas été mangées par les visiteurs.
- Plantes médicinales (Physik Garden - photo ci-dessous, à gauche) très bien dessiné.
Le jardin est bien entretenu dans son ensemble, peu fréquenté et très agréable. Dans la boutique, on trouve de nombreux livres de jardinage et d'arboriculture superbement illustrés.

 

 


19h10 Art Gallery. C'est le musée des beaux-arts de la ville. En temps normal, le ticket d'entrée est de l'ordre de 10 ou 12 CAD, ce qui est très cher pour le peu qu'il y a à voir. Le jeudi soir, l'entrée est libre, on donne ce qu'on veut. Dans la queue, un visiteur avec qui nous avons lié conversation nous conseille de donner deux dollars. Nous ne sommes pas venus pour voir des grandes oeuvres à dix millions de dollars et nous n'en n'avons pas vues. L'artiste la plus présente est Emily Carr, dont les tableaux évoquent souvent la nature en Colombie Britannique. Le deuxième étage est consacré à l'art contemporain. Nous aurions peut-être dû retourner voir le soleil se coucher au bord de l'Océan.

20h45. Nous mangeons une tranche de pizza à 99 cents dans Robson Street avant de rentrer. Demain matin à 8 heures nous prendrons un taxi (car l'arrêt de bus est un peu loin) qui nous déposera à l'aéroport. Il nous en coûtera 18 CAD. Nous gardons encore 10 CAD chacun pour la taxe d'aéroport. Le voyage sera long et ennuyeux, les contrôles de sécurité aberrants (compte-tenu de leur faible efficacité) mais on n'est pas obligé de s'y soumettre, si l'on renonce à prendre l'avion ; c'est indiqué sur une pancarte...

Retour à l'introduction du journal