Onzième jour : Barkerville
Retour à l'introduction du journal

En 1862, Billy Barker découvrit de l'or dans le ruisseau Williams Creek. On imagine la ruée que ce fut, et toute la région fut vite envahie non seulement par les prospecteurs mais par toutes sortes de gens espérant gagner de quoi vivre. Il paraît que la ville était alors la plus grande à l'ouest de Chicago et au nord de San Francisco.

Sur la route de Barkerville

Il n'y a que 80 km entre Quesnel et Barkerville, mais au moment de la ruée vers l'or, le chemin était à peine tracé et on peut imaginer les ornières creusées par les fameux chariots bâchés qui apportaient matériel et ravitaillement. Peu de temps après Quesnel, on peut voir au bord de la route cette ferme ancienne restaurée.
Quelques kilomètres avant Barkerville se trouve Wells, une ville qui a aussi eu ses heures de fièvre il y a une centaine d'années. Moins pittoresque que Barkerville, elle conserve néanmoins quelques vestiges intéressants. Le centre Visitor Info se trouve à l'entrée de Wells. On y trouvera le service et les documents habituels.

Le village historique de Barkerville

C'est en fait un écomusée remarquable à tous points de vue. Le site est classique : une petite vallée dans la forêt, un gros ruisseau qui bouillonne sur les galets. Après avoir payé le droit d'entrée (environ 10 CAD par adulte) on se trouve au début de la grande rue.
Il y a une cinquantaine de maisons et bâtiments importants parmi 125 constructions : hôtels, magasins, ateliers, église, école, théâtre, restaurants, maisons individuelles, granges et remises, tente de trappeur...
Il y a possibilité de passer la nuit dans un bed-and-breakfast sur place et bien sûr de s'y restaurer dans un cadre historique

Animations

Le village est si grand que les touristes se diluent et ne font pas tache. Des figurants, costumés comme à l'époque des jours de gloire de la ville déambulent dans les rues, bavardent, cousent, font des emplettes, renseignent les visiteurs, servent dans les commerces et restaurants...
Le théâtre donne des représentations (billets d'entrée en sus), le photographe vous tire une photo comme au bon vieux temps et vous pouvez louer un "costume" de mineur ou danseuse de saloon.
On peut aussi s'initier au lavage du sable pour en tirer de la poussière d'or et assister à des démonstrations.
De temps à autre, les figurants jouent un épisode de la vie quotidienne. Les dialogues traduisent bien l'ambiance d'autrefois et évoquent les faits importants de l'histoire de Barkerville.

A l'église

A l'entrée de l'église une petite pancarte vous demande d'ôter votre chapeau (sauf si vous êtes une dame, bien sûr)
 
 L'église de Barkerville    Cliquer sur la photo pour entendre l'harmonium (30ko)


Moyens de transport d'autrefois

On imagine difficilement ce que devait être un voyage de Quesnel à Barkerville il y a cent ans. Non pas tant à cause des véhicules mais plutôt à cause de l'état des chemins. Aujourd'hui il fait beau et le sol est sec, tout ce qu'on risque est d'être couvert de poussière, mais il faut imaginer que dans cette région, il tombe par hiver presque deux mètres de neige (en cumulant les hauteurs des chutes de neige successives).
Dans le village, circulent en permanence une diligence et un chariot comme celui-ci. (Cliquer sur la photo pour entendre le bruit des roues sur le gravier - 14ko).

Les constructions

La matière première est le bois, on s'en doutait. Il est même difficile de trouver la moindre construction de pierre. Pour isoler l'habitation du sol, le bâtiment est monté sur pilotis plus ou moins hauts. On trouve bien sûr des cabanes en rondins (log cabin) traditionnelles, mais les bâtiments plus grands ou plus riches sont construits en planches. L'étanchéité entre les rondins est réalisée avec une sorte d'étoupe ou un mélange de boue et de paille. Du moins c'est l'impression que ça donne.

 


L'intérieur des maisons

Dans certains bâtiments, on peut circuler entre les meubles mais généralement on se contente de jeter un coup d'oeil par la porte ou la fenêtre. L'ameublement est remarquablement étudié, chaque chose est à sa place, le réalisme est si parfait que l'on s'attend à voir sortir d'une pièce la maîtresse de maison ou le mineur rentrer de son travail. La plupart des maisons sont d'origine ou ont été reconstruites à partir de documents (photos, plans...). Certains meubles, objets, habits... sont ceux que possédaient les propriétaires de la maison autrefois.
Tous les métiers traditionnels sont représentés : menuisier, forgeron, trappeur, mineur, blanchisseur, médecin... On peut voir aussi le four qui permettait de fondre l'or récolté et un petit musée très bien présenté explique de façon pédagogique les techniques employées pour la recherche et l'extraction de l'or mais donne aussi des explications scientifiques qui permettent de comprendre pourquoi il y avait de l'or ici et pas ailleurs.
La communauté chinoise était très présente ici, on peut dire que Barkerville avait son quartier chinois.

La visite de Barkerville est vraiment passionnante. Il faut compter une bonne journée pour tout voir sans courir. Si l'on a la chance d'avoir du soleil et pas trop de touristes, c'est mieux. Les environs promettent également des ballades agréables (lac Bowron).

Douzième jour : de Quesnel à Pemberton