Premier jour : Arrivée à Calgary
Retour à l'introduction du journal


L'aéroport de Calgary est situé à une douzaine de kilomètres à l'ouest de la ville. De taille humaine, on y trouve tout ce qui est nécessaire pour démarrer notre voyage :
- La voiture de location (Avis), une Chevrolet Malibu à boîte automatique.
- Une brassée de dépliants touristiques (dont le "Guide des Montagnes" en français), une carte routière de l'Alberta (sommaire mais suffisante), un plan de la ville de Calgary avec le chemin pour parvenir à notre hôtel et deux catalogues de bed-and-Breakfast. Tout cela aux bureaux Visitor Info.

Nous avions réservé l'hôtel depuis la France 4 ou 5 mois avant notre départ car ce début juillet correspond à une période de fête réputée dans tout le Canada : le Stampede (rodéo, courses de chariots, défilés...). Sinon il nous aurait fallu nous éloigner très vite de la ville.
De loin la ville ressemble à un immense quartier résidentiel de maisons basses avec une poignée de buildings regroupés en son centre. Y circuler n'est pas très évident pour ce premier jour, à cause des rails du tramways et des sens uniques. Garer sa voiture est encore moins évident, non à cause de la circulation, très modérée malgré l'heure de pointe, mais à cause du manque d'endroits pour stationner. Heureusement, l'hôtel a son parking souterrain (payant).


Il est six heures du soir (8 heures de décalage avec l'Europe) et nous décidons de faire un tour dans la ville.
D'habitude je ricane en lisant les paragraphes "où boire un verre" du guide du Routard. Comme si un Français (un Suisse ou un Belge) avait besoin d'un guide pour trouver un bistrot ! Et bien, mes excuses au Routard, sans lui, la déshydratation était proche. Les soirs de semaine, Calgary ressemble à une ZAC de grande banlieue un dimanche après-midi. En cas de besoin, se diriger vers les sculptures modernes représentées sur la photo : la rue piétonne n'est pas loin.

Par manque de temps (et de goût) nous avons fuit la ville au matin du premier jour des festivités. Dès 7 heures du matin, les spectateurs s'accumulent le long du parcours pour être sûrs d'être au premier rang du défilé (majorettes, fanfares...) qui ne commencera pourtant que dans l'après-midi.
Pour se donner un air de fête rurale, les grands hôtels utilisent des balles de paille pour maintenir leurs portes ouvertes et la décoration des magasins est basée essentiellement sur des accessoires et affiches évoquant nettement l'élevage bovin.

Deuxième jour : de Calgary à Granum