Petits trucs de la vie quotidienne
Retour à la page d'introduction du journal

Les infos qui suivent viennent de nos propres constatations en 07/2002. Elles peuvent être approximatives, erronées ou périmées.

Les prix

En juillet 2002 le dollar canadien (CAD) vallait 0,74 euros (EUR)
Le prix affiché ou annoncé est souvent hors taxes. Exemples :
- un souvenir à 6 dollars ; prix payé 6,45
- une casquette à 14 dollars ; prix payé 16,03
- trois nuits à Vancouver pour 375 dollars ; prix payé 401,25
En tant que touriste, il est possible de se faire rembourser les taxes en sortant du pays, à condition de présenter des factures et tickets de caisse indiquant les taxes et de remplir un formulaire (à la douane ?).

Coûts moyens, très indicatifs :
- nuit en motel : 45 euros (sans petit-déjeuner)
- petit déjeuner dans un petit restaurant : 5 euros
- nuit en bed-and-breakfast : 50 euros (33 à 95 EUR)
- essence pour 500 km en voiture moyenne : 22 euros (0,5 EUR/litre)
- entrée de musée : 6 euros (0 à 9 EUR)

Le prix des carburants varie peu dans une même zone, il augmente quand on s'éloigne de Calgary et de Vancouver. Le prix du gasoil (diesel) est proche de celui du super. On trouve parfois trois sortes de super à différents taux d'octane. Après les avoir essayé tous les trois nous avons continué avec le moins cher. La plupart des stations sont en self-service et vendent un peu d'alimentation et des cartes routières.

Les cadeaux et souvenirs (gifts) produits par l'artisanat local sont généralement de belle qualité et les prix sont la plupart du temps très abordables.

Sur la route

Au volant, le conducteur canadien est très courtois et conduit très "pépère", les abrutis sont rares. De ce fait, il n'est pas préparé à un changement brutal de direction ou de vitesse de la part de la voiture qui précède. Pensez à avertir et ralentir assez longtemps à l'avance avant de tourner et à clignoter avant de dépasser.

Même sur les highways les stations services et les magasins sont rares. Il est fréquent de rouler pendant 100 ou 150 km sans rencontrer de pompe à essence (ni même d'agglomération). En revanche, les commerces sont ouverts beaucoup plus tard le soir.

En Alberta, les routes sont généralements orientées Nord-Sud ou Est-Ouest et la carte ressemble à un quadrillage dont les mailles auraient entre 10 et 50 km de côté, suivant les endroits. En Colombie Britannique, les routes sont beaucoup plus rares à cause des chaînes de montagnes. Quand on a la carte routière de la province sous les yeux on pourrait penser que toutes les routes ne sont pas représentées. En fait il n'y a guère que les chemins agricoles qui ne figurent pas sur la carte. Il est fréquent qu'une route indiquée sur la carte ne soit pas goudronnée (goudronné=paved).

Sur un highway (route à 2, 3 ou 4 voies) la vitesse est généralement limitée à 100km/h. En pratique on peut presque faire 100 km/h de moyenne à cause de la rareté des agglomérations (vitesse maxi 50 km/h). Les highways sont très souvent bordés d'une bande d'arrêt d'urgence. Sur les routes non goudronnées (gravel) il est difficile de dépasser le 40 km/h de moyenne (photo ci-contre : la route 785 dans le sud-ouest de l'Alberta).

Certains carrefours sans feux sont équipés de 4 stops. La courtoisie des conducteurs fait que cela marche très bien. Il semble que ce soit le premier arrivé au carrefour qui doit passer le premier. A vérifier.

A un feu rouge, il semble que l'on ait le droit de tourner à droite s'il ne vient pas de véhicule de la gauche. A vérifier.

Sur un highway, avant de dépasser (opération peu fréquente puisque tout le monde roule à 100 km/h) il importe de connaitre la longueur du véhicule qui précède (camion ou camping-car) car certains semi-remorques traînent une remorque supplémentaire.

En général il est interdit de passer la nuit sur un parking, Les terrains de camping (campground) et points de ravitaillement de camping-car (RV=Recreation Vehicule) sont assez nombreux dans les zones touristiques (tous les 100 km ?!).

Sauf au centre-ville de Vancouver, le parking est facile et gratuit. L'impression de sécurité est grande sauf dans certains quartiers de Vancouver mais il vaut mieux rester prudent et laisser aux autochtones le choix de ne pas fermer leurs voitures ou d'ignorer ce qu'est une clef de maison.

Le Canada a adopté le système métrique depuis plusieurs années, les distances et altitudes s'expriment en mètres et kilomètres, les vitesses en km/h. Les masses sont en kilogrammes sauf pour les aliments qui sont vendus généralement à la livre (450 g).

Dans les villes et villages

Dans les rues, la numérotation des bâtiments est basée sur la distance. Le principal intérêt du système est de connaître la distance restant à parcourir pour arriver au numéro souhaité.

A Terrace, nous avons eu à parcourir une rue qui était en trois segments à peu près alignés mais séparés par la voie ferrée (sans passage à niveau !) et par une petite colline. Sans la carte et l'aide d'un habitant connaissant parfaitement le quartier, il aurait été impossible de trouver le numéro 4071.

Dans cette région du Canada (mais vraisemblablement dans toute l'Amérique du Nord) les "agglomérations" sont la plupart du temps très étalées et une rue d'une bourgade peut se trouver à des kilomètres du centre.

En règle générale les Canadiens anglophones parlent peu le français qu'ils ont pourtant très souvent étudié à l'école pendant 2 ou 3 ans. Leur accent nord-américain est d'autant plus marqué qu'ils sont proches de la terre et n'ont que peu de contact avec les voyageurs. Quand on n'est pas un expert en anglais, il est assez facile d'être compris mais plus difficile de comprendre les habitants.

En Amérique du Nord, les prises de courant comportent 2 (ou 3) languettes plates au lieu de 2 tiges rondes (voir photo). Un adaptateur est nécessaire. La tension est de 120 volts (à vérifier).


Tourisme

Au Canada, le réseau des bureaux d'informations touristiques affichés "Visitor Info" est d'une efficacité exemplaire, contrairement aux USA. En été, on y trouve des jeunes stagiaires très motivés et d'une grande compétence, même s'ils ne parlent qu'un français rudimentaire. Les documents, cartes, dépliants... sont gratuits et bien faits ; ils sont parfois rédigés en français ou en allemand. Les hôtesses se font toujours un devoir de vous trouver une chambre pour la nuit (accommodation), même pour l'autre bout de la province.
Les touristes étrangers en Colombie Britannique viennent principalement de l'Europe du Nord, Grande-Bretagne, Allemagne, Suisse, Pays-Bas et bien sûr des USA. Les Français sont rares.

Climat

Pendant ces deux semaines, le climat à basse altitude dans l'Ouest canadien nous a rappelé celui de la moitié nord de la France. Mais il existe des micro-climats surprenants comme celui rencontré dans le secteur de Lillooet à 150 km au nord-est de Vancouver, très chaud et sec. Emportez parapluie et petite laine, on ne sait jamais.
La hauteur de neige cumulée est très importante. Ainsi à Valemount, 793m d'altitude il tombe en moyenne 170 cm de neige par an et 498 mm d'eau. Les températures maximales enregistrées ont été -51°C et +40°C. La température moyenne annuelle est de 3,6°C.
Comme dans tous les massifs montagneux, le temps peut changer brusquement dans les Rocheuses. Mieux vaut prévoir que de rentrer trempé ou frigorifié.
Il semble que le soleil des Rocheuses soit plus mordant que son homologue français. Se méfier des coups de soleil et insolations même pendant une relativement courte exposition.
A part dans Vancouver, les moustiques sont très présents et passent leur temps à essayer de se nourrir aux dépends des touristes. Prévoir une crème pour les piqûres.

remarques et questions : f5zv@wanadoo.fr

Retour à la page d'introduction du journal